AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le grand ours mignon d'acier [relativement fini/en attente de commentaires et de critiques]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kuma
Habitant
Habitant
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Information:
Doriki:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Le grand ours mignon d'acier [relativement fini/en attente de commentaires et de critiques]   Lun 4 Juil - 12:09

Prénom/Nom : Bartholomew Kuma

Âge : 43 ans

Description physique :

En d'autres circonstances, Bartholomew aurait pu être un bellâtre faisant tourner la tête des jeunes damoiselles de la noblesse de son pays. Étant fils de roi, il aurait dû être un modèle d'élégance et de puissance juvénile. Par la cruauté de son père, il n'obtint que cette dernière dans des proportions démesurées.

Dans un premier temps, la première chose qui frappe lorsque l'on aperçoit Barthlomew, c'est sa taille. Faisant aux alentours de sept mètres de haut, il domine la plupart des êtres vivants terrestres, imposants sa terrifiante ombre sur ces adversaires. De plus, sa stature imposante laisse deviner une force au-delà de l'humain. Sinon, Bartholomew est bien proportionné ; ses bras et ses jambes ne sont ni trop volumineux ni trop atrophié quand on les compare à la taille surprenante de l'homme. Batholomew porte les cheveux longs ; un détail inutile quand on ne le connait pas. Cette coiffure n'est rien d'autre que la copie conforme de la coiffure de feu son père. En se coiffant ainsi, Bartholomew a le sentiment d'avoir toujours son père à ces côtés. Puis, malgré les évolutions de ses croyances, il les garda ainsi. Une des principales causes de cette absence de changement est le fait de devoir rester identiques aux Pacifistas.

En effet, sous son apparence de chair et de sang, Bartholomew cache un corps de métal et d'électronique, prototype d'une légion d'armes à son image censé servir sans faillir le gouvernement mondial. De ce fait, son apparence physique se doit de ressembler en permanence à l'apparence de ses jumeaux artificiels afin d'en préserver la réputation d'inhumanité et de puissance. Les vêtements qu'ils portent en permanence ne sont que les répliques exactes de son « costume de cérémonie » euphémisme de mauvais goût pour décrire sa fonction de bourreau dont l'auteur n'est que son horrible père.
Malgré l'armature de métal que compose son corps, Bartholomew est encore un être de chair et de sang ; il peut lui arriver de saigner. Celui qui est l'auteur de sa transformation, le docteur Vegapunk, est l'un des rares à pouvoir expliquer clairement ce qui est artificiel et ce qui ne l'est pas. En tout cas, Bartholomew possède toutes les caractéristiques d'un Pacistas normal.

On pourrait croire que Bartholomew a, si l'on oublie le facteur taille, une apparence humaine. Toutefois, deux particularités sont à noter. Tout d'abord, il possède deux étranges petites oreilles sur le haut de sa tête ; visible grâce à des trous faits dans son chapeau, chapeau assez étrange, certes, mais personne au monde ne pourrait prétendre être capable de comprendre la motivation du père de Bartholomew de lui imposer un tel chapeau. La particularité est que ces oreilles ont une forme circulaire, les rapprochant de celle d'un ours.

Autre bizarrerie, si on lui enlève les gants, on découvrirait que ses mains sont recouvertes de coussinets ; coussinets qui sont pour beaucoup dans l'utilisation de son pouvoir.

On pourrait faire abstraction de ce physique peu engageant et tenter d'ouvrir une discussion saine et franche sur la base d'une conversation amicale, mais le fait est que Bartholomew Kuma n'exprime que très rarement ces émotions. Il est connu pour ses silences et son absence de réaction. Son timbre de voix est monocorde et le désintéressement semble être l'émotion la plus forte lorsqu'il s'exprime.
Sa démarche est lente, parfois un peu gauche ; le voir courir est une hérésie. Il ne quitte jamais sa bible des mains. Il préférait mourir plutôt que de la lâcher du fait de son importance pour ses amis tout comme pour ses convictions.
Permettre à un autre de la lire est là aussi un crime rarement laissé impuni.

Description morale :

Bartholomew a longtemps été un homme à l'esprit torturé du fait de ses sentiments contradictoires. Son amour pour son père, les raisons multiples de sa vengeance, les souffrances de son enfance. Il est bien difficile d'expliquer sa psychologie avant sa rencontre avec les révolutionnaires. Grossièrement, Kuma n'était qu'un être de souffrance cherchant à expier la mort de son père en tuant quiconque serait en relation avec la mort de son géniteur. Puis, il se mit à tuer tous ceux qui s'opposèrent à lui, plongeant dans un abime sans fond où la raison n'existe pas. Sa rencontre avec les révolutionnaires lui permet de retrouver une raison et de mettre dans l'ordre ses idées.

Bartholomew a été convaincu par les idées des révolutionnaires. C'est une façon pour lui d'expier les erreurs de son père, mais aussi de se pardonner des horreurs qu'il a commises au nom de son père, mais aussi pendant ses années de perditions. Il a vécu les travers de la monarchie et il connait les menaces d'un monde guidé par la main de fer du Gouvernement Mondial. Sous le mandat de capitaine-corsaire, il a découvert des royaumes justes, preuve que la pourriture ne s'étend pas partout. Il s'est engagé à protéger ses havres de paix et contribuer à faire chuter le Gouvernement Mondial de son piédestal.

Il sait qu'il prend des risques par son double jeu, mais Kuma a tellement vécu d'horreur qu'il ne craint plus rien. Sa docilité lui a permis de devenir le prototype des armes humaines Pacifistas. Les informations qu'il transmet aux révolutionnaires sont indispensables. Toutefois, le revers de la médaille est qu'il a une nouvelle personnalité nichée dans sa tête.

Là est tout le problème de Bartholomew. L'intelligence artificielle implantait par le docteur Vegapunk ne lui permet pas d'être maitre de ses mouvements. Même au sein de son esprit, il n'est pas à l'abri. L'IA n'est pas comme une conscience propre à proprement parlé ; elle ne fait qu'exécuter les ordres qu'on lui a donnés. Toutefois, elle s'insinue toujours plus comme un part de Kuma, maître de sa moitié mécanique et servant de contrôleur de ses faits et gestes.
C'est en partie pour cela que Barthlomew a pris l'habitude de peu s'exprimer. Il ne voudrait pas être trahi par des mots qui pourraient aiguiller l'IA sur la piste de son double jeu.

Fort heureusement, Bartholomew reste maitre de ses pensées et d'une partie de ses souvenirs, mais le docteur Vegapunk finira bien à pallier ce « problème ». Ainsi, Kuma vit avec une épée de Damoclès au dessus de la tête, prête à le couper définitivement de son identité propre.
Il sait qu'un jour, il ne sera plus utile. Loin d'être une souffrance, Kuma le ressent comme l'aboutissement d'une vie vécu dans l'ombre. Quoi qu'il coute, il compte bien mener à bien la tâche qu'il s'est donné de faire ; aider les révolutionnaires dans leur audacieux but.

Histoire du personnage:

Dans le Nouveau Monde, nombreuses sont les iles à être victime de troubles. Dans cette mer étrange où le gouvernement mondial a beaucoup de peine à faire régner l'ordre, les gouvernements des nations sont généralement libres de leurs actes. Ainsi, l'ile de Kumatori n'était pas un endroit ou l'on vivait agréablement.

Pays d'une taille respectable et doté d'une population nombreuse, Le royaume de Kumatori est l'un de ses royaumes qui se sont élevés par la force et l'autorité. De tout temps, les rois de Kumatori furent des despotes n'hésitant pas à éliminer ceux qui s'opposaient à eux. Toutefois, jamais un seul dirigeant de Kumatori n'a profité de son pouvoir abusivement. Chaque action était faite dans le but de renforcer et de protéger le royaume ; malgré les difficultés et les sanglants incidents, le peuple soutenait la royauté. Dans ses conditions, le royaume prospéra jusqu'à devenir un pays riche et puissant. En lien avec leur politique interne, les rois de Kumatori investirent énormément dans le secteur militaire, se dotant d'une armée puissante et d'une flotte capable de faire face aux pirates du Nouveau Monde. La marine était totalement absente du royaume. De toute façon, les rois de Kumatori se jugeaient assez fort pour se passer des forces armées du gouvernement mondial.

Lorsque Pharazon, le vingt-septième roi de Kumatori prit le trône, on murmurait déjà que le pays allait entrer dans une mauvaise passe. La mort mystérieuse du précédent roi avait été un choc si terrible pour la population qu'ils ne crurent pas un seul instant aux explications officielles de la royauté. Pour tout dire, Pharazon avait une réputation assez mauvaise pour être tenu pour responsable d'avoir « aidé » son père à passer la main. Pharazon était l'antithèse d'un roi bienveillant. Le bonheur de ses sujets ne l'intéressait pas ; leur souffrance était beaucoup délectable à ses yeux. On le disait cruel et sanglant, mais cela était bien loin de la réalité. Dès son adolescence, l'aura de Pharazon était déjà bien noire et il inspirait la terreur parmi ses proches.

Les rares accusations de régicide furent étouffées dans le sang et le règne de Pharazon de la noble famille des Kuma pouvait commencer. Obsédé par le pouvoir et la puissance, le nouveau roi utilisa son nouveau jouet qu'était le royaume pour y faire régner la peur. Dans les premières années de son règne, il consolida son pouvoir, renforçant son armée et installant une propagande efficace. Sous ses airs de rois fidèles à son royaume, Pharazon profita de ses pouvoirs pour satisfaire ses gouts pour la souffrance : les salles de tortures ne désemplissaient pas et les meurtres sans coupables devinrent monnaie courante. Sa cruauté était tellement forte qu'il en vint à épouser sa propre cousine, faisant fi de toutes les morales de ses ancêtres. La jeune fille, d'une santé plutôt mauvaise, devint le souffre-douleur du roi qui ne se retenait pas sous le prétexte qu'elle était une femme, au contraire.
Malgré les souffrances, la reine enfanta d'un enfant mâle pour le plus grand plaisir de Pharazon, nourrissant de sombres projets à son égard. Malheureusement pour le jeune Bartholomew, sa mère mourut quelques heures après l'accouchement.

Par la suite, Le jeune Kuma dut grandir sans l'amour de sa mère et avec la cruauté de son géniteur. Rapidement arraché à ses nourrices, il fut élevé par son père. Sans douceur, Pharazon voulait le transformer en son serviteur fidèle, qu'il devienne un monstre obéissant au doigt et à l'œil du roi. Dans ce vil but, Pharazon usa de son autorité pour mettre la main sur un fruit du démon et le fit avaler de force à son fils. Les pouvoirs de ce fruit causèrent de nombreuses souffrances à Bartholomew. Le fruit des coussinets transforma son corps. Pendant toute sa croissance, les effets du fruit furent très visibles ; le fils du roi était plus grand et plus massif que la moyenne et cela empira avec l'âge. Les coussinets repoussant tout ce qu'il touchait, Bartholomew grandit sans contact physique alors qu'il espérait sans cesse pouvoir au moins une fois serrer dans ses bras ce père qu'il aimait.
Pendant toutes ses années, Pharazon ne resta pas sans rien faire : une fois son royaume consolidé, il fit régner la terreur sur ses sujets, tuant et brulant sans raison. Le roi était détesté, mais personne ne pouvait s'opposer à lui : son armée était impressionnante et le gouvernement mondial était bien trop occupé pour s'occuper de raisonner celui qu'on appelait « le Tyran ».

Lorsque Bartholomew Kuma devint adulte, le pays n'était plus que l'ombre de lui-même, condamné à subir les sanglants divertissements de son roi. Imposant par sa haute taille et son corps massif, Barthelomew Kuma devint, comme l'avait désiré Pharazon, l'instrument de la terreur. Le roi profita de l'amour inconditionnel que portait Bartholomew à son père pour l'utiliser pour tous ses crimes. Le jeune Kuma devint ainsi le tortionnaire et l'assassin attitré du roi ; on l'appelait « le boucher du roi ». Bartholomew acquit puissance et expérience pendant cette période.
Toutefois, l'esprit malade du roi ne semblait avoir aucune limite. Se lassant de faire souffrir ses sujets, il se relança dans sa quête de pouvoir. Ne pouvant plus s'aider de son pays, il jeta son dévolu sur la piraterie. Ainsi, Kumador devint un havre de paix pour les pirates qui furent nombreux à rallier la puissance de Pharazon qui leur promettait la sécurité contre leur service. Devenant lui-même un pirate, Pharazon lança de grande razzia sur les royaumes proches, profitants de sa supériorité navale et militaire.
Ce qui devait arriver arriva, le danger qu'était Pharazon ne pouvait plus laisser le gouvernement mondial indifférent ; des royaumes se plaignaient et la piraterie se renforçait grâce à l'appui logistique de Kumador.

La riposte du gouvernement mondial fut à la hauteur des crimes de Pharazon. En une nuit, une importante force unie de marines et de royaumes attaqua Kumador. Face à une telle puissance, les pirates fuirent. Les troupes de Pharazon, ébranlé par sa cruauté, furent nombreuses à abandonner le combat. Malgré cela, la bataille fut cauchemardesque. Celle-ci ne prit fin que grâce à l'intervention d'assassins du Ciphel Pol qui éliminèrent Pharazon.

Dans les semaines qui suivirent, la marine désarma le royaume du Kumador et chassa les pirates de la région. La population fêta joyeusement la libération du joug du tyran et se mit à réparer leur pays. Bien vite, la question de la succession fut abordée. Bartholomew était le seul prétendant au trône possible, mais ses crimes sous le règne de Pharazon le rendaient très impopulaire. Bartholomew était bien loin de s'en inquiéter : quelques jours après la mort de son père, il avait quitté secrètement l'ile, lui et une cinquantaine d'hommes le suivant plus par peur des représailles de la marine que par amitié. Le jeune Kuma tout juste âgée de vingt-quatre ans partait assouvir sa triple vengeance. Vengeance contre le gouvernement mondial responsable de la mort de son père et vengeance contre la marine, instrument de ce même gouvernement. Il voulait aussi se venger de la piraterie qu'il jugeait responsable de l'intervention de la marine. Pour toutes ses raisons, il partait en mer combattre et tuer pour venger son père.
Ses pouvoirs sur humain firent de lui un pirate de renom. Ses origines royales n'étaient pas inconnues et on l'affubla du même titre que son père, celui du « tyran ». Sur les mers, son surnom lui allait à ravir : il tuait sans se poser de question, n'exprimant aucune émotion, se contentant d'accomplir la vengeance qu'il s'était donné d'accomplir. Pendant huit années, il écuma Grande Line, renforçant sa maitrise de son fruit du démon, apprenant ainsi ses techniques de téléportation. La majeure partie de cette période fut une existence solitaire pour Bartholomew. Son équipage initial le quitta rapidement et il finit par rester seul sur son navire. Ne sachant manier seul un bateau, il se contentait d'attendre qu'un bateau passe à proximité du sien pour qu'il s'y téléporte et qu'il en prenne le contrôle. Quand il croisait la route d'une ile, il s'y téléportait toujours, causant par la suite de nombreux problèmes aux iles en question. De cette manière, le gouvernement mondial put surveiller les faits et gestes de Bartholomew, qui, malgré sa haine affichée pour les autorités mondiales, semblait s'occuper essentiellement de pirates.

NB : Pour la suite, en attente de la validité des personnages cités.

Il vint alors le jour ou il croisa la route des révolutionnaires en la personne de leur chef, Dragon. Depuis son départ de Kumatori, Kuma avait toujours vaincu ses adversaires sans trop de difficultés. C'est avec assurance qu'il se lança dans un duel contre le révolutionnaire : ce fut une cuisante défaite pour l'homme aux coussinets.
Dragon l'amena à son quartier général. Bien vite, Bartholomew apprit que les révolutionnaires partageaient sa haine du gouvernement mondial. Ce but commun suffit à Dragon pour percer le cœur meurtri du pirate.

Il fallut seulement une année à Dragon pour faire de Kuma l'un des plus importants membres de la révolution. Pendant cette année, Il passa l'essentielle de son temps enfermé dans sa chambre du QG de la révolution, méditant sur son passé. Dragon le fit ouvrir les yeux sur la cruauté de son père et apaisa la colère de Bartholomew. Il lui apprit nombre de choses qu'un homme devait savoir pour comprendre ce monde et Bartholomew était avide de connaissance. De nombreux révolutionnaires succédèrent à Dragon dont la célèbre Ivankov, qui noua de profonds liens d'amitié avec le pirate. C'est à ce moment-là qu'il commença à tout noter dans un livre et le garder précieusement contre lui. Un révolutionnaire à l'humour débordant alla jusqu'à faire en sorte de travestir ce journal intime en bible, ce qui avait fait sourire Kuma pour la première fois de sa vie.
Lorsque cette année fut écoulée, Bartholomew était un autre homme. Ses anciennes haines étaient oubliées et son désir était maintenant de servir celui qu'il considérait comme un frère, Dragon, le leader des révolutionnaires.

Il repartit donc sur les mers, continuant à chasser les pirates, mais servant en réalité de lien entre les différentes cellules de l'organisation. Il fit donc reparler de lui et le gouvernement mondial recommença à s'intéresser à lui. Après de rapides conciliabules, on lui proposa le titre de capitaine-corsaire. Plusieurs raisons expliquaient cela. Tout d'abord, Bartholomew était de sang royal et savoir qu'il était un pirate ne faisait pas bonne presse. De plus, il avait tout le temps montrer une certaine efficacité contre les pirates et son aura le mettait en situation de force pour lutter contre eux. Enfin, il n'avait jamais réellement combattu le gouvernement mondial et le nouveau Bartholomew Kuma semblait plus docile envers la marine.
Pour les révolutionnaires, c'était une chance à saisir et Bartholomew accepta sans hésiter.

Grâce à ce titre, Kuma put parcourir les mers sans être inquiété par les autorités. Son travail d'agent de liaison pour les révolutionnaires n'en fut que plus efficace. Il travaillait son image auprès des autorités, les laissant croire qu'il obéissait au doigt et à l'œil du gouvernement mondial. Ainsi, on lui fit beaucoup plus de confiance qu'aux autres corsaires et la marine lui transmettait les informations qui manquaient souvent aux révolutionnaires.
Tout aurait pu continuer ainsi sans le projet d'arme humaine du Dr Vegapunk.
Ce dernier cherchait un corps assez imposant pour ses desseins et il se révéla que Kuma était exactement ce que cherchait Vegapunk. Pour la révolution, la possibilité d'avoir un espion auprès du Dr Vegapunk était inespérée et Kuma, malgré le sacrifice demandé, accepta la proposition sous certaines conditions.
Ainsi, les ingénieurs de Vegapunk transformèrent peu à peu le corps de Kuma en une machine de guerre. Les scientifiques installèrent un système d'intelligence artificielle en lui en charge du contrôle des mécanismes des systèmes mécaniques, mais aussi de surveiller Bartholomew afin qu'il ne puisse pas utiliser ses nouvelles capacités à mauvais escient. Outre la possibilité de tirer des lasers, ses sens furent renforcés et ses capacités de mémoires en devinrent incommensurables.
Toutefois, il se garda bien de stocker des informations concernant les révolutionnaires dans sa mémoire artificielle. Tout ce qui concernait la révolution était écrit dans sa bible dans un langage connu exclusivement de lui-même. Malgré cela, Kuma devait redoubler de prudence pour ne pas être trahie par l'intelligence artificielle qui faisait maintenant partie de lui.
Bartholomew partageait ainsi son temps entre son activité de capitaine corsaire, ses séances de travail avec le Dr Vegapunk et ses missions pour les révolutionnaires. Malgré tout, au fil des années, le travail du scientifique sur son cobaye humain était de plus en plus pointu et le temps où Kuma perdrait définitivement son corps était proche. Il continuait cependant à aider ses camarades, marchant en équilibre entre les trois puissances pour ne pas trahir ceux qu'il juge comme ses amis.

Techniques : (Source : Volonté du D) NB : Les techniques, c'est vraiment le truc que j'aime le moins

Pad Hou

Kuma frappe l'air avec sa paume ce qui le repousse à toute vitesse vers son adversaire. L'air traverse tout ce qui est sur son passage, provoquant de terribles dégâts.

Tsuppari Pad Cannon

Kuma frappe l'air avec ses paumes ce qui le repousse à toute vitesse vers son adversaire. L'air peut même traverser la matière et continuer de se déplacer.

Ursus Shock

Le Capitaine Corsaire crée avec ses mains une grosse "patte" d'air qu'il compresse de toutes ses forces dans ses bras. Puis il la relâche, ce qui a pour effet de provoquer une gigantesque explosion d'air pulvérisant tout sur son passage.

Fruit du démon :
Bartholomew a très jeune avalé le fruit du démon Nikyu Nikyu no Mi, autrement dit, il a obtenu les pouvoirs du fruit des coussinets et ses capacités sont multiples. Concrètement, son fruit lui permet de repousser les attaques physiques en y opposant l'une de ces mains (et donc ses coussinets). Il peut repousser l'air, ce qui lui permet d'utiliser des attaques à longues distances. Une haute maitrise de ses pouvoirs lui a permis de mettre en place une sorte de téléportation en repoussant l'air autour de lui, ce qui lui permet de voyager sur de très longues distances.

Outre les pouvoirs de son fruit du démon, Bartholomew est très solide en raison de son corps renforcé artificiellement. Il est capable de tirer des lasers à partir de sa bouche comme peuvent le faire les Pacifistas classiques.


Test rp :

Grande Line, une ile sans importance

Kuma apparut d'un seul coup au milieu de nulle part. Lorsque la téléportation cessa, le corsaire se contenta de poser délicatement les pieds sur le sol meuble. Le vent frais du matin lui caressa son visage qui n'exprimait, comme à son habitude, aucune émotion, à part peut-être, un profond ennui.
Lentement, il tourna la tête à droite, puis à gauche, enregistrant la situation dans laquelle il se trouvait. Ses observations confirmèrent ce que lui disaient ses senseurs : il se trouvait en plein milieu d'une pâture à l'abandon. Aucune maison n'était visible, ce qui était surprenant en connaissant la faible taille de l'ile.


*** Analyse en cours. Recherche de signe de vie. Veuillez patienter. ***

Kuma resta immobile, attendant les résultats de l'analyse de sa moitié artificielle. Le regard fixé droit devant lui, il ne prêtait aucune attention à l'endroit. Pourtant, la vue sur la mer aurait ému n'importe qui, mais le cyborg était bien loin de ces considérations superflues.

*** Analyse terminée. Présence de signes de vies humaines à un kilomètre au nord. ***

Bien. Allons au nord.

Bartholomew se mit en branle en direction du nord ; sa boussole interne le dirigeait automatiquement sans qu'il eût besoin de prêter attention à l'environnement extérieur. De sa démarche gauche, il s'avança droit devant lui, la tête bien droite et d'un pas mécanique. Le sol légèrement humide était assez confortable pour marcher et suffisamment égal pour ne pas déranger la marche de Kuma. Il n'y prêtait aucune attention, mais sa moitié artificielle, elle, y faisait toujours attention. Elle faisait toujours attention à tout. Et parfois, c'était inutile.

*** Présence organique repérée. Analysée en cours. Analyse terminée. Trois animaux repérés. Catégorie : Canidés. Espèce : Chien. Sous-espèce : Dogue. Niveau de dangerosité : Important. ***

Important ? Depuis quand un chien est-il dangereux ?

*** Veuillez suivre la procédure trois. Activation des systèmes de défense. Risque de blessure. Danger repéré. Risque de blessure.***

Mais, un chien ne peut pas me blesser. Je suis renforcé en acier que même des boulets ne pourraient égratigner.

*** Vous n'avez pas suivi la procédure trois. Veuillez suivre la procédure trois. Immobilisation motrice : activé. Veuillez suivre la procédure trois. ***

Sans crier gare, Kuma s'arrêta. Pas qu'il ne voulait plus marcher, mais sa moitié venait de lui interdire la possibilité de marcher. Malgré ce désagrément, Kuma ne bougea pas et resta immobile un instant. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais il reprocha un instant la méfiance du Docteur Vegapunk : il ne pouvait rien faire avec cette moitié qui le contrôlait presque. Toutefois, il connaissait les conséquences lorsqu'il accepta de servir de cobaye et son mécontentement ne dura pas. Lentement, il tourna la tête vers la gauche, en direction des trois dogues qui le regardaient fixement, perplexes. Ignorant les injonctions de son IA, Kuma ouvrit la bouche en direction du groupe de chiens. Ses yeux se firent plus rouges et un « bip » électronique se fit entendre, d'autres bruits de mauvais augure le suivirent, montant crescendo.
Cela fut suffisant pour faire fuir les trois animaux.


*** Ennemi en fuite. Ennemi en fuite. Procédure de chasse : annulé. Désactivation des systèmes de défense. Fonction motrice de nouveau opérationnel. Système d'alerte : niveau deux. ***

Brusquement, Kuma retrouva l'usage de ses jambes. Il patienta une dizaine de secondes avant de se remettre en route. Sa tête revint à sa position initiale comme si l'incident n'avait jamais eu lieu.

Demande d'accès à la base de données sécurité, rubrique Animaux.

*** Vous ne disposez pas des droits d'administrations pour cette action.***
C'est une blague ?
*** Erreur. Aucune fonction trouvée pour « blague ». Veuillez ressayer.***

Kuma ne continua pas. Son IA était aussi têtue que son créateur et sa notion de l'humour était assez proche de celle de la machine. Dans tous les cas, il était perdant s'il voulait continuer.
Le capitaine-corsaire continua donc sa marche. Un observateur extérieur aurait cru que l'homme faisait une balade digestive. Le dos droit, la main droite se balançant mollement, Kuma marchait comme il marchait habituellement, sans se précipiter, presque mollement.

Une vingtaine de minutes fut nécessaire à Kuma pour parcourir le kilomètre qui le séparait des « signes de vies humaines ». Bien avant d'arriver, il nota plusieurs cheminées de fumées qui s'élevaient de l'endroit vers où il semblait aller. La noirceur de ces fumées n'était pas bon signe, mais Kuma, fidèle à lui-même, n'exprima aucune émotion particulière.
Il ne fallut pas longtemps pour que Kuma découvre l'incendie qui ravageait le petit village côtier. Le bateau battant pavillon noir situé non loin en disait beaucoup sur l'origine du sinistre. Sans se presser, le corsaire termina sa ballade et arriva aux abords du village.

Sans surprise, il vit une quarantaine de pirates finir de mettre à sac le village. Toutes les maisons étaient touchées par l'incendie et de nombreux corps sans vie gisaient sur le sol. Le capitaine pirate, celui qui s'exprimait un ton plus haut que les autres, vit le nouvel arrivant et il fronça les sourcils. Il tenait un otage entre ses bras et il s'apprêtait à l'exécuter.


Mais qu'est ce que c'est que ce type ?!

Il ne fallut pas longtemps pour que la totalité des pirates prît conscience de la présence de Kuma. Armé d'épée et de pistolet, il menaçait le capitaine corsaire comme on menaçait un vulgaire ivrogne. Les moqueries fusaient, mais Kuma restait immobile, insensible aux quolibets.

*** Présence humaine hostile repérée. Activation des systèmes de défense. Affiliation de l'adversaire : pirate. Autorisation de tuer reçue. Activation du système de combat : en cours ***

Je demande l'autorisation de tirer sur le capitaine pirate.

*** Demande refusée. Présence de civil à l'endroit ciblé. Interdiction d'utilisation du laser principal. Rapport de comportement dangereux en cregistrer en mémoire de la sécurité centrale***

Le moment est mal choisi pour faire un rapport.

En face, on commençait à s'impatienter face à ce manque de réactivité. Un pirate un peu moins patient que les autres tira au canon sur le corsaire. Le boulet explosa sur le torse de Kuma, provoquant un nuage de fumée qui aveugla les pirates.
Pour sa part, la visibilité de Kuma n'était pas un problème grâce à ses senseurs. Lentement, il en leva le gant de sa main droite avec sa main gauche, faisant attention à ne pas faire tomber sa bible. Levant la main, il frappa l'air en murmurant.


Pad Hou

Les pirates hurlèrent de douleur suite à l'attaque aussi silencieuse que dangereuse. La fumée cachant la scène du combat, la panique s'empara des pirates qui détalèrent de peur. Le capitaine pirate lâcha son otage de surprise et ce dernier parvint à s'enfuir dans la confusion. Pendant quelques secondes, le chaos régnait dans les rangs des pirates, puis la fumée se dissipa. On découvrit alors les corps sans vie de plusieurs pirates, les yeux révulsés et la bave aux lèvres. Les pirates se rendirent aussi compte que Kuma était indemne et qu'il avait bougé. Ils comprirent vite ce qu'il s'était passé.

Je demande l’autorisation de tirer sur le capitaine pirate.

*** Demande autorisée. Traitement en cours... Erreur. Action impossible. Il y a un conflit entre le système de refroidissement interne et le système de visée. Correction en cours. ***

Kuma ne répondit rien ; rien ne pouvait être dit dans ce genre de circonstance. La technologie avait encore de sérieux progrès à faire. Délaissant son laser, Kuma s'apprêta à repasser à l'attaque en utilisant de nouveau ses coussinets qui, eux, fonctionnaient correctement.
En quelques instants, grâce à sa technique de téléportation, Kuma se débarrassa des deux tiers des pirates. Ces derniers tentèrent vainement de riposter, mais aucune attaque ne parvint à franchir sa puissante armure.
Les derniers pirates s'étaient regroupés autour de leur capitaine. Ils fuyaient tous en direction de leur bateau sans même s'occuper de leur camarade blessé. C'est à cet instant que le laser fut réparé.


***Correction terminée. Objectif : ciblé. Tir en cours***

Kuma baissa sa tête tandis qu'il ouvrait la bouche. Une intense lumière y apparut et, l'instant d'après, un fabuleux laser en sortit et vint frapper le capitaine pirate. Une grosse explosion s'en suivit, éliminant les fuyards.

*** Ennemis : éliminés. Fin de l'alerte danger. Désactivation des systèmes offensifs.***

Sans même jeter un regard pour le village détruit, Kuma se remit bien droit et ferma la bouche.

Un peu long à réagir quand même, l'IA.

*** Veuillez m'appeler par mon nom. ***

N'importe qui aurait soupiré à ce moment-là, mais Kuma ne soupirait jamais. De toute façon, il faisait rarement comme n'importe qui.

Non, je n'aime pas ce nom.

***Rapport d'acte de rébellion rédigé et enregistré**

C'est bon. Ça va. J'ai compris. Tu peux arrêter, Marguerite.

***Cet écart de conduite ne fera donc pas l'affaire d'un rapport comme le précise la clause deux mille sept cent trente-deux du code d'utilisation des rapports de maintenance.***

Kuma avait oublié cette clause. Il s'en souviendrait à l'occasion.



NB : Dans ce test rp, j'ai voulu avant tout mettre en avant ma façon d'interpréter la dualité humaine/électronique du Kuma en présentant la relation complexe qu'il entretient avec son IA.


Dernière édition par Bartholomew Kuma le Mar 5 Juil - 15:02, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gnoodiplo.net/
Wolf D. Stark

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Information:
Doriki:
2100/2100  (2100/2100)

MessageSujet: Re: Le grand ours mignon d'acier [relativement fini/en attente de commentaires et de critiques]   Lun 4 Juil - 14:52

Bon Bon , je vais donner mon avis même si j'ai pas trop le droit d'habitude (je me ferais taper par Brook & Ray tant pis)


Premièrement , Je trouve ton Histoire bien,même très bien, la tournure de tes phrases ,l'orthographe est correct , La longueur est largement suffisant que dire de plus à oui tu penseras à faire tes descriptions physique et morale (entre 10 & 15 lignes chacune serait bien)

L'intervention que tu fais de moi et iva reste modérer c'est bien Smile
Ah oui vu que tu prend un Capitaine Corsaire tu dois faire un Test Rp .


Bonne Chance pour la suite de ta fiche (Je me fais pas trop de soucis Wink )

_________________